AMIANTE

Historique :

Le terme d’amiante désigne un groupe de minéraux silicatés fibreux comprenant six espèces différentes : Chrysotile, Crocidolite, Amosite, Anthophyllite, Trémolite et Actinolite. 

Grâce à ses propriétés isolantes sur le plan électrique, thermique, son élasticité et sa résistance à la traction, l'amiante a été très utilisé dans les matériaux dès les années 1930.

Risques liés à l’amiante :

L’érosion naturelle, le vieillissement ou la manipulation de matériaux contenant de l’amiante, sont susceptibles de libérer de très petites fibres dans l’air. 

L’inhalation de fibres amiantées représente un danger certain pour la santé, risques potentiels de cancers du poumon, de la plèvre ou du péritoine (mésothéliome malin), il est par conséquent fortement recommandé de respecter toutes les consignes de sécurités inhérentes à la manipulation de matériaux amiantés.

Réglementation :

Selon la réglementation en vigueur en Suisse, n’est toléré qu’un maximum de 1000 fibres d'amiante par m³ d'air respiré.

Depuis mars 1989, Le Conseil Fédéral a décidé d’interdire l’utilisation de l’amiante avec une période transitoire allant jusqu’à 1995. Aujourd'hui l'Ordonnance sur les travaux de construction (OTConst) mentionne explicitement que les matériaux contenant de l’amiante doivent être identifiés avant toute rénovation ou démolition et que les travaux concernés doivent être interrompus si de tels matériaux sont trouvés de manière inattendue.

PCB (polychlorobiphényles)

Historique :

Souvent plus connu sous la dénomination commerciale d'Aroclor, le PCB est un liquide isolant que l'on trouve dans le cœur de certains appareils électriques comme les transformateurs, les cellules, les condensateurs. C’est en 1881 que la société Monsanto synthétise pour la première fois la molécule de PCB. Ininflammable et élastique, il va être massivement utilisé dans les bâtiments de 1955 à 1975.

Les PCB ont été employés dans le bâtiment comme additifs dans la peinture, les papiers autocopiants, les matériaux d’étanchéité et les plastiques. En 1972, la Suisse interdit la production et la commercialisation des PCB.

Risques liés aux PCB :

L’alimentation est la première source d’exposition aux PCB, soit 90 % de l’exposition totale. Les produits d’origine animale étant les premiers vecteurs de transmission : poisson, viande, œufs, produits laitiers.

Les PCB font partie des contaminants bioaccumulables fréquemment trouvés dans les tissus gras chez l’humain, notamment dans le lait maternel.

Reconnus comme des perturbateurs endocriniens, ils sont classés cancérogènes probables pour les cancers hépatobiliaires (foie, voies biliaires, pancréas).

Réglementation :

Depuis 1996, la directive sur l’élimination des PCB  (96/59/EC) impose au niveau européen l'inventaire et des plans d’élimination pour les appareils/matériaux souillés par les PCB à plus de 50ppm.